1. Discover Toyota
  2. Start your impossible
  3. Athlètes
  4. Manon Claeys
BELGIQUE

Manon Claeys

Double médaillée de bronze à Tokyo

Né le

3 janvier 1986 à Oostburg (NL) 

Nationalité

Belge

Sport

Dressage

2 médailles de bronze à Tokyo 2020

Trop petite pour les chevaux ?

« Alors, ce sera un poney ». C’est sans doute ce que la famille de Manon a pensé. Car depuis ses cinq ans environ, il était impossible de l’éloigner de ses quadrupèdes préférés dans la forge de son grand-père. Et aujourd’hui encore, même après un grave accident, et trente ans plus tard, on la retrouve toujours parmi les chevaux.

Elle a dû patienter quelques années avant de recevoir un cheval, lors de sa communion solennelle. Le grand jour était enfin arrivé : elle était suffisamment grande pour monter un vrai cheval. Les poneys pouvaient rester à l’écurie, mais Manon avait engrangé une belle expérience avec eux. Il ne lui restait plus qu’à la transposer aux chevaux. Elle s’est avérée une cavalière hors pair, avec un beau parcours en compétition. Jusqu’à cette chute malencontreuse…

Tout est possible tant que vous n’abandonnez pas

Après une longue rééducation, Manon a poursuivi sa carrière avec la moitié droite de son corps paralysée. Et même après deux années de rééducation, il lui aura encore fallu dix ans avant de prendre à nouveau part aux compétitions. Notamment parce que de cavalière, elle a dû passer au dressage, et qu’il lui a ensuite fallu un certain temps pour trouver sa place dans le circuit paralympique. Cependant, l’étape la plus importante pour Manon n’était pas cette adaptation physique, mais la lutte contre la stigmatisation dont font l’objet les personnes souffrant d’un handicap. 

Une équipe fiable

Ces deux médailles de bronze à Tokyo constituent une victoire à plus d’un titre. Alors qu’en temps normal, elle peut compter sur une équipe bien « huilée », les mesures sanitaires anti-Corona l’ont obligée à voyager seule avec son partenaire au Japon. Elle puisait sa force dans le tressage de son cheval, San Dior, mais plus encore dans la présence à ses côtés de sa tendre moitié, Sam, au lieu des échanges par écran interposé sur Facetime. Outre San Dior, Manon prépare deux jeunes chevaux pour la compétition, à commencer par un prestigieux concours au Qatar. Mais qui emmènera-t-elle à Paris en 2024 ? C’est encore un secret… 

« Je n’irai pas jusqu’à dire que ma chute a été positive, mais elle a fait de moi ce que je suis aujourd’hui. Et c’est fou de le dire, mais avec le recul, c’est peut-être dommage qu’elle ne soit pas arrivée plus tôt. »