Penser plus loin

Créer un monde meilleur pour nos enfants

« Laisser à nos enfants un monde meilleur » n'est pas un simple slogan Toyota. C'est la force motrice qui nous incite à innover, collaborer, briser les barrières et contribuer à un avenir durable. C'est pourquoi Toyota mène à bien des actions visant à rendre le monde plus beau et laisser un bel héritage à nos enfants.

Penser vert

L'écologisation, c'est quoi ?

En plus de planter des arbres, Toyota Motor Corporation met sa biotechnologie et son savoir-faire au service du reboisement et des activités d'écologisation de nos infrastructures. Ainsi, l'usine de Tsutsumi au Japon utilise des herbes adsorbant les oxydes d'azote (NOx), ainsi que du gazon de toiture développés par Toyota. La variété de gazon utilisée pousse lentement et ne doit être tondue qu'une fois par an.

/
Toit vert de l'usine Tsutsumi

Mais encore ?

Quels sont les autres avantages ?

Le bâtiment d'accueil et administratif de Tsutsumi est entièrement éclairé par l'énergie des panneaux solaires. Les zones herbeuses constituent un puits de chaleur, réduisant ainsi la nécessité de refroidir le bâtiment et convertissant le CO2 en oxygène. À l'intérieur, la lumière solaire et les tubes réfléchissants ont remplacé les tubes fluorescents traditionnels.

De la peinture qui absorbe les gaz ?

L'extérieur de l'usine de montage, qui s'étend sur 88 000 mètres carrés, est recouvert d'une peinture photocatalytique, qui décompose les oxydes d'azote (NOx) et les oxydes de soufre (SOx) contenus dans l'air. L'effet est le même que celui de 7 300 arbres qui nettoieraient l'air en produisant de l'oxygène au soleil. Cette peinture est également autonettoyante, en ce qu'elle éloigne la poussière accumulée à chaque pluie.

Des voitures à base de plantes ?

Qu'est-ce que le caoutchouc biosynthétique ?

Il s'agit de caoutchouc fabriqué à partir de plantes. Toyota est impliqué dans un partenariat pour la création d'un caoutchouc biosynthétique nommé biohydrine. Il est fabriqué à partir de biomatériaux dérivés de plantes plutôt que d'épichlorohydrine, un composant époxy largement utilisé.

/
Nous fabriquons aussi des pièces, comme les tuyaux de moteur, à base de plantes.

Mais encore ?

En quoi est-ce mieux ?

Comparé aux caoutchoucs d'hydrine à base de pétrole, la biohydrine réduit le cycle de vie des émissions de dioxyde de carbone d'environ 20 %, puisque les plantes absorbent naturellement le CO2 de l'atmosphère.

Où est-ce utilisé ?

Dans les tuyaux des moteurs et des systèmes de transmission. Ces composants sont sujets à l'usure et aux détériorations du fait de la chaleur, de l'huile, de l'ozone et d'autres fluides, ainsi que des conditions atmosphériques. Pour cette raison, ils sont généralement faits de caoutchouc d'épichlorohydrine, hautement résistant à la corrosion. Le caoutchouc de biohydrine est fabriqué selon des technologies visant à lier au niveau moléculaire des matériaux dérivés des plantes avec des matériaux dérivés du pétrole.

Ces technologies garantissent que le caoutchouc de biohydrine offre les niveaux de résistance à l'huile et à la chaleur, ainsi que la durabilité requise pour les capteurs de vide des moteurs et systèmes de transmission. En outre, le caoutchouc de biohydrine est similaire au caoutchouc d'hydrine conventionnel à base de pétrole en termes de qualité et de possibilité de production de masse, permettant ainsi la production de véhicules commerciaux à grande échelle.

/
Envisage-t-ton les plantes pour d'autres utilisation dans les véhicules ?

Toyota envisage de développer son utilisation de biohydrine pour d'autres composants de caoutchouc hautes performances, comme les flexibles de frein et les tuyaux de carburant.


Toyota va poursuivre le développement et la commercialisation de technologies qui permettent l'utilisation de matériaux comme le plastique écologique et le caoutchouc biosynthétique dans toute une gamme de composant.

Du carburant à base de tout

Vraiment tout ? Qu'est-ce que cela signifie réellement ?

L'hydrogène représente un carburant prometteur et potentiellement très bénéfique pour le futur. En outre, les voitures roulant à l'hydrogène émettent 0 % de CO2. Toutefois, la production d'hydrogène doit encore être améliorée, car elle ne génère pas toujours 0 émission de C02. Et pourtant l'hydrogène peut être produit à partir d'eau, d'algue, de biomasse et de déchets de nourriture.

/
Même les déjections de vaches peuvent constituer la base du carburant utilisé dans les voitures à hydrogène de Toyota.

Mais encore ?

Pourquoi une telle action de la part de Toyota ?

Pour que l'hydrogène prenne son essor, il est indispensable de créer des partenariats : industries, universités, autorités, organismes gouvernementaux et fabricants de voitures. Nous devons travailler main dans la main afin de pouvoir commercialiser des voitures propulsées à l'hydrogène respectueuses de l'environnement.

Bien que Toyota ne soit pas directement impliqué dans la production d'hydrogène et dans l'installation des stations, la société a développé des partenariats conçus pour encourager l'écologisation de la production d'hydrogène, afin que la chaîne de production de l'hydrogène dans sa globalité produise aussi peu de carbone que possible.

/
Station à hydrogène, en partenariat avec Air Liquide à Zaventem (BE).
Pourquoi une telle initiative ?

Nous nous attelons à développer une voiture à hydrogène depuis 20 ans et sommes de plus en plus convaincus de son potentiel. Nous pensons que l'hydrogène a un immense potentiel en tant que carburant pour éliminer les émissions de carbone et réduire la dépendance envers le pétrole, de plus en plus rare.

L'hydrogène est partout autour de nous. Il s'agit même de l'atome le plus répandu de l'univers. Toutefois, on le trouve toujours lié à d'autres éléments, comme l'oxygène dans l'eau (H2O), ce qui signifie qu'il faut l'isoler pour produire du carburant d'hydrogène H2 pur.

/
La Mirai : le modèle de Toyota équipé d'une pile à combustible à hydrogène.

Rwanda : la terre du tournesol

Que se passe-t-il au Rwanda ?

De par son engagement en floriculture, Toyota contribue à fournir une nouvelle source d'agriculture au Rwanda, centrée sur les plantes à fleurs avec une forte rentabilité par unité. C'est notamment le cas du tournesol. Principalement commercialisé pour son huile et ses graines, le tournesol est bien plus qu'une jolie fleur décorative du fait de son fort potentiel de d'exportation pour le Rwanda.

/
Les tournesols contribuent à l'économie du Rwanda.

Mais encore ?

Comment ceci est-il lié à l'amélioration du cadre de vie ?

Avec 80 % de la population rwandaise impliquée dans le secteur agricole, soutenir l'agriculture est le meilleur moyen d'appuyer le développement du pays. Le projet rwandais consiste à faire pousser 5 variétés de fleurs sur 70 hectares et atteindre ainsi 11 millions de dollars de ventes annuelles dans 5 ans. Nous souhaitons ainsi enrichir la communauté qui travaille.

En pratique, que fait Toyota ?

Toyota est co-investisseur chez Bloom Hills Rwanda Ltd, une société de développement de semences et de jeunes plants, de techniques de culture et de la logistique y relative. Nous investissons également dans certaines technologies de soutien à l'industrie de la floriculture rwandaise, comme l'énergie solaire, l'énergie géothermique et la collecte des eaux de pluie.

/
Toyota participe au « miracle africain » du Rwanda avec les tournesols.
Pourquoi une telle action de la part de Toyota ?

L'Afrique sub-saharienne doit surmonter de nombreux obstacles bureaucratiques, comme notamment les taux de productivité agricoles qui sont parmi les plus bas du monde. Du fait du manque de fertilisants, d'irrigation et de machines agricoles, ainsi que du développement ralenti des technologies de culture, le rendement en grain de la région est de moins de deux fois celui de la moyenne globale.

En termes de compétitivité, le Rwanda agricole est encore nettement désavantagé. Il faut toutefois signaler que le pays a atteint un niveau de croissance qui lui a permis d'obtenir le label du « miracle africain » ces dernières années. Et le gouvernement national du pays a annoncé des plans ambitieux en faveur de la croissance et de la diversification, comme la multiplication par dix des gains issus du secteur agricole en 2018. Toyota entend jouer un rôle dans la consolidation du secteur agricole rwandais.

/
Plantation.
Ce projet se passe-t-il comme prévu ?

Tout à fait ! Avec Bloom Hills Rwanda Ltd. et la coopération du Mizuho Information and Research Institute, de la ville de Hachimantai et de l'université d'Iwate, cette aventure commence à porter ses fruits !

Infos supplémentaires

Politique des cookies sur www.toyota.be

Nous utilisons des cookies sur notre site pour vous proposer une navigation optimale. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Gestion des cookies