PARTIR EN WEEK-END

Sea, sun & cycling en Hollande-Méridionale

Mais c’est dans le nord qu’on est partis, ou dans le sud ? Le soleil brille impitoyablement sur Goeree-Overflakkee, dans le delta de l’Escaut, aux Pays-Bas. Au programme : sea, sun & cycling. Une infrastructure cyclable parfaite a été la petite motivation ultime pour partir en voiture pour ce week-end, entièrement sous le signe du vélo. L’historien, journaliste voyage et cycliste passionné Gunter Hauspie monte en selle !

Depuis Bruxelles, on est à une heure et demie, deux heures de route des îles Goeree-Overflakkee et Voorne-Putten : rien de plus simple, le vendredi soir, que de charger les vélos sur le porte-vélos de la voiture et de prendre la direction de la Hollande-Méridionale. Une infrastructure cyclable idéale, une nature somptueuse et de petites villes portuaires historiques, tout ceci est parfait pour un week-end de vélo et de détente.

La « douce France », mais aux Pays-Bas
En traversant le Volkerakdam pour rejoindre l’île Voorne-Putten baignée de soleil, nous sommes frappés par l’immense côte, mais aussi par toutes ces petites plages et villes, avec leurs marchands de glaces, cachées et ignorées des touristes. L’inondation de 1953 a été le dernier combat que les habitants de la région ont eu à mener contre la mer. Auparavant, le delta de l’Escaut était un véritable gruyère, où du terrain a été gagné sur la mer, puis de nouveau perdu. Les îles ont ensuite été reliées au continent par des ponts et barrages.

Zeeland

Dans l’ombre d’un port international
La construction des ponts a fait disparaître de nombreuses liaisons par ferry entre les îles. Un ferry nous attend pourtant à Nieuw-Beijerland ; il nous fait traverser la Spui. Ce bras de mer est né au 16e siècle à la suite d’un énième raz-de-marée. L’eau de la Meuse s’est alors écoulée vers la mer par ce chemin. Aujourd’hui, la Spui est une jolie rivière le long de laquelle nous roulons à vélo, entre les moutons, en direction de Zuidland.

La Bernisse est un vieux cours d’eau qui nous enfonce encore davantage dans l’île Voorne-Putten. Il forme un couloir vert au décor constitué de ponts cyclables en bois et d’un foisonnant gibier d’eau. La rivière serpente de façon charmante, contrastant ainsi avec les polders disciplinés et très droits. Des Pays-Bas de carte postale, donc, et peu importe que ce soit cliché, c’est un bonheur d’y faire du vélo et de s’y détendre !

En longeant le Lac de Brielle, nous découvrons un bel exemple de la clairvoyance néerlandaise. De l’autre côté du lac se trouve une large bande verte de nature, mais les cheminées et murs de conteneurs trahissent son utilité : dissimuler la zone de l’Europoort. Cette partie du port de Rotterdam est l’un des plus importants ports pétroliers au monde. Et pourtant, des plaisanciers flottent tranquillement sur leurs yachts, et accostent pour bronzer un peu et faire du vélo en famille. Ici, tout est parfaitement à sa place, et on se voit volontiers y vivre...

La ville fortifiée de Brielle
Brielle est une ville fortifiée bien préservée, la plus belle des Pays-Bas selon certains. Sur un banc près du vieux port, nous avalons un chausson aux pommes et un petit pain aux raisins du boulanger. Brielle est chargée d’histoire : en 1572, elle fut la première ville des Pays-Bas espagnols à être conquise par les Gueux de mer, insurgés contre l’autorité du roi catholique Philippe II. Pendant la guerre de Quatre Vingts Ans qui s’est ensuivie, les Pays Bas septentrionaux (protestants) ont été définitivement séparés des Pays Bas méridionaux (catholiques, nous donc).

Le lendemain, nous traversons le Haringvlietdam en direction de Goeree-Overflakkee. Long d’à peu près 5 kilomètres, ce barrage sépare partiellement le Haringvliet de la mer du Nord. À gauche, le Haringvliet, à droite, la haute mer. Ici, on n’est pas protégé du vent. Même en voiture, le passage est spectaculaire, nous entendons et sentons le vent siffler. Quelques cyclistes affrontent les éléments déchaînés sur la large piste cyclable, tracée juste au-dessus des écluses. Ça semble une véritable prouesse, mais ils avancent avec conviction, un coup de pédale après l’autre. Respect !

Des dunes immaculées
Une fois le barrage traversé, nous décrochons les vélos de la voiture et partons en reconnaissance le long de la côte. Nous longeons le point ouest de l’île. C’est tellement agréable ! La route nous emmène à travers les dunes intérieures, boisées par de petits arbustes. C’est le seul passage de la journée qui comporte de légers dénivelés. Nous grimpons jusqu’à neuf (9 !) mètres de haut ! Tandis que nous roulons, nous apercevons sans cesse la mer du Nord, qui finit ici par une large plage. Aucune voiture aux alentours.

Image Image Image

Les Néerlandais ont l’air de n’aller à la plage qu’à pied ou à vélo. Après la tour d’observation près d’Ouddorp (on peut y grimper pour admirer l’étendue de ce paysage de dunes), suit le phare de Westhoofd. Il ressemble plutôt à un campanile italien en briques, mais il est toujours habité et aide au bon déroulement du trafic naval sur la mer du Nord. Nous pénétrons ensuite plus avant dans l’île. Nous passons par Stellendam et le photogénique petit port de Dirksland pour retourner vers le Haringvlietdam. Fatigués, ravis, mais suffisamment reposés pour reprendre le travail après le week-end !

Toyota

Toyota

Toyota


www.vvvzhz.nl

Avec les bons accessoires de transport Toyota (porte-vélos et galerie de toit, coffre de toit, mises à jour de la carte et de la navigation, etc.), vous êtes prêt(e) à partir à l’aventure.
Faites votre choix ici

Politique des cookies sur www.toyota.be

Nous utilisons des cookies sur notre site pour vous proposer une navigation optimale. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Gestion des cookies