Test

Nouveau Toyota Hilux : la rose robuste du désert

Depuis la fabrication du premier Toyota Hilux en 1968, 18 millions s’en sont vendus de par le monde. Ce pick-up populaire en est maintenant à sa huitième génération : un mélange très apprécié d’endurance extrême, de performance et de luxe digne d’une berline. La journaliste automobile Anja Van Der Borght s’est envolée vers la Namibie pour une aventure de quatre jours dans le désert avec le tout dernier Hilux.

De la robustesse sous toutes ses facettes : telle était l’idée de départ des ingénieurs Toyota pour les plans du nouvel Hilux. Il n’est donc pas surprenant que Toyota ait choisi les paysages irréguliers, rugueux et sableux de Namibie pour présenter le pick-up en première mondiale à la presse spécialisée européenne. C’est en compagnie internationale que nous sommes partis pour le pays sud-africain aux mers de sable rouge pour une excursion en 4x4 sans pareille, même pour des journalistes automobiles expérimentés ! La preuve ultime que Toyota a toute confiance en son dernier modèle.

Toyota Hilux

Une enclave allemande

Après plus de quinze heures de vol depuis Bruxelles via Londres et Johannesburg (Afrique du Sud), nous atterrissons au Rooikop Airport (Walvis Bay), un minuscule aéroport sur la côte ouest de la Namibie. À travers le hublot, nous voyons, à cent mètres de distance à peine, une quinzaine de « locaux » arriver à pied avec un chariot. La couleur est annoncée : l’automatisation, la cohue et les marées humaines telles que nous en avons vu pour la dernière fois à l’aéroport London Heathrow est désormais loin dernière nous. Ici, tout se passe avec bonhommie.  

« Sur un parcours de 170 km, nous ne croisons que cinq véhicules et une mère avec ses trois enfants. »

Bien que le printemps soit la période idéale pour visiter la Namibie, une fois l’été et la saison des pluies passés, les rues de la ville côtière Swakopmund sont peu fréquentées. Outre un groupe de jeunes sur la plage, une foule de femmes avec des sacs de courses et quelques pick-ups Toyota chargés de marchandises, nous rencontrons essentiellement des sculpteurs de noix de palme. Ces vendeurs créatifs attirent les touristes avec les œuvres qu’ils ont sculptées dans les noix.

Swakopmund possède un caractère indiscutablement allemand, une conséquence de l’époque où la Namibie était encore une colonie allemande. Nous admirons les influences germaniques, telles que la Brauhaus Arcade ou le bâtiment portant l’inscription « Am Zoll », et profitons du murmure de la mer.

Une splendeur rouge-orangé

Après notre lunch accompagné du proverbial demi-litre de bière allemande au Strand Hotel Swakopmund, avec son hall aux verrières de 13 mètres de hauteur et sa vue sur mer, nous nous engageons en quad sur les dunes. Nos accompagnateurs avaient raison : des lunettes de soleil ou de protection n'étaient effectivement pas de trop. Alors que nous suivons les voies de quad en plein désert, le sable vole et colore nos vêtements en rouge-orangé.

Le minerai de fer, qui reflète la lumière du soleil, est à l'origine de cette splendeur changeante de rouge et d'orange. Les quads continuent leur avancée.

« De la robustesse sous toutes ses facettes : telle était l’idée de départ des ingénieurs Toyota pour les plans du nouvel Hilux. »

À notre retour à l’hôtel, l’ambiance est positive, et nous nous sentons de véritables aventuriers : l’état d’esprit idéal pour notre excursion en 4x4 du lendemain avec le Hilux, à travers les dunes, vers le lieu de notre repas de midi, près de la Dune 7.

Dune 7

Comme son nom l’indique, la Dune 7 est la septième dune après la rivière Tsauchab qui traverse le désert Namib. D’après le Ministère namibien de l’Environnement et du Tourisme, la Dune 7 est, avec ses 382 mètres, la plus haute dune de sable au monde. Un mastodonte de sable sur lequel même des conducteurs de 4x4 chevronnés rencontrent des difficultés. 

Nous nous préparons à gravir les dunes. Nous prenons tout d’abord une minute pour chasser l’air des pneus de notre Hilux. Nous partons ensuite en deuxième vitesse et roulons plein gaz sur l’abrupte pente sableuse à une vitesse de 50 à 60 km/h. Par chance, nous ne nous enfonçons pas. La bonne technique de conduite, combinée à la boîte souple à six vitesses et à la performance du Hilux, fait de nous une équipe gagnante !

Grimper sur la dune ne pose pas de problème, mais traverser le sommet sans voir ce qu’il y a derrière, puis plonger à pic vers le bas n’est pas de tout repos. Cela semble pourtant l’être pour le Hilux, avec son nouveau moteur Diesel quatre cylindres de 2,4 litres (150 ch à 3 400 tpm et un couple de 400 Nm entre 1 600 et 2 000 tpm). Nous remarquons tout de suite que le Downhill Assist Control fait beaucoup moins de bruit en descente que la génération précédente. Une fois en bas, notre première mission est accomplie.  

Près de lacs et sur des routes irrégulières

Nous poursuivons notre parcours avec une excursion aventureuse en 4x4 à travers le parc Namib-Naukluft. Nous remettons de la pression dans les pneus et traversons en ligne le vaste parc national. Ce parc englobe une partie du Namib, le plus vieux désert du monde, et les monts Naukluft. Avec ses 49 768 m2, il s’agit de la plus grande réserve naturelle d’Afrique, et la quatrième plus grande au monde.

Tandis que nous roulons, la mer et les dunes de la Walvis Bay font place, d’une manière impressionnante, à un paysage lunaire et de savane. Nous passons par la Kuiseb Pass et nous dirigeons vers le Tropic of Capricorn, le point qui marque le Tropique du Capricorne. Nous profitons de la vue sur le Gamsberg, une sorte de plateau, et sur les nombreux animaux sauvages qui viennent se désaltérer aux mares. Nous voyons des oryx gazelles, des autruches, des babouins chacmas, des sangliers, des salamandres, et même des zèbres de montagne.

Le paysage est à couper le souffle et la route semble quelque peu moins extrême. Quoiqu’en passant sur les routes irrégulières et sableuses – selon nous, le terrain le plus désagréable à traverser –, nous constatons clairement l’extraordinaire filtrage des inégalités par les suspensions du nouvel Hilux, mais aussi la rigidité et la robustesse de ce Toyota par rapport à ses concurrents, une rigidité due à la combinaison d’un châssis renforcé et d’acier hautement résistant à la traction et plus de soudures. Sa carrosserie est à toute épreuve.    

Campement

Après un palpitant parcours de 280 km sur des routes de sable poussiéreuses, nous roulons sur les pavés de la Spreetshoogte Pass, la plus haute route de Namibie, qui monte à pas moins de 1 000 m sur une distance de 4 km, pour arriver, après le coucher du soleil, à la Namibgrens Guest Farm, située à 1 800 m d’altitude. Avec une consommation de 8,0 litres, nous n’excédons pas de beaucoup la consommation en cycle combiné de 7,0 litres. Nous sommes satisfaits.

Nous sommes accueillis avec un petit vin local infusé au fruit de marula, puis partons à la recherche de notre tente, armés de lampes à huile. Nous nous sentons un peu comme Indiana Jones, mais réalisons rapidement qu’il a subi davantage de privations. Rien ne manque dans notre tente, sauf peut‑être le wifi. Nous nous douchons dans une mini‑tente séparée, dont la lampe éclaire la toile d’une lueur intimiste, juste assez pour voir ce que nous faisons, mais pas trop vive pour nous empêcher de profiter de l’impressionnant ciel étoilé. Se doucher sous les étoiles... Un vrai retour aux sources.

Nous clôturons cette épuisante mais formidable journée par un délicieux buffet. Alors que, tard le soir, le feu de camp s’éteint, nous nous glissons dans notre lit et écoutons encore un peu le bush, qui s’éveille à présent à la vie.

Esquiver les pierres

Nous devons nous lever tôt aujourd’hui. Au programme, un parcours en 4x4 technique de 24 km près de Namibgrens. Nous avons échangé notre Hilux avec boîte manuelle six rapports contre une version avec boîte automatique que nous réglons tout de suite en mode L4 (low gearing – quatre roues motrices). Nous allons en effet conduire en terrain inhospitalier et sur des pentes abruptes, une puissance et une adhérence maximales nous sont donc absolument indispensables.

Nous avançons au pas à travers des lits de rivières asséchés et des pentes rocheuses. Avec ses brèves accélérations, le Hilux les gravit sans peine, essentiellement grâce à la possibilité de verrouiller le différentiel arrière dans les situations extrêmes. Pendant ce parcours technique, nous devons cependant constamment veiller à esquiver les pierres tranchantes. Même un Hilux ne peut rien contre une pierre mal placée sous un pneu ou une jante.

Nous sommes impressionnés par la façon dont le Hilux, avec la souplesse d’un animal, grimpe et redescend les pentes sans nous priver du moindre confort. Il ne fait aucun doute que les ingénieurs Toyota ont beaucoup misé sur le confort des occupants.

L'aventure jour après jour

Quelques heures plus tard, nous quittons la direction de Namibgrens pour Windhoek via la route secondaire C26. Après quelques kilomètres, un gardien sur le bord de la route fait place à des oryx et des sangliers. Sur un parcours de 170 km, nous ne croisons que cinq véhicules et une mère avec ses trois enfants. Après la Mongolie, la Namibie est le pays le moins peuplé au monde, mais nous n’aurions jamais pensé, en arrivant à l’aéroport, y trouver un tel calme. Et, grâce à son Diesel silencieux et à sa bonne insonorisation, le Hilux ne perturbe pas cette paix.      

Pour finir, nous essayons les sièges arrière. Ils sont confortables et offrent un très grand espace pour les jambes. Nous y profitons à fond de ce diamant brut africain, avec ses paysages incompréhensibles, dans lesquels nous nous égarons à tous points de vue et qui nous détachent tout en douceur de notre propre monde. C’est là que le nouveau Toyota Hilux agit comme un refuge, reliant notre monde au monde namibien. Fonctionnel, pratique et suffisamment luxueux pour répondre à notre réalité quotidienne, tout en nous donnant le sentiment de partir véritablement à l’aventure !

Toyota

Dévouvrez le Toyota Hilux ici

Partez vous-même à la découverte de la Namibie avec le Toyota Hilux.
Selfdrive4x4.com organise des voyages à forfait en Afrique du Sud (service complet) pour des dates flexibles, pendant toute l’année. Cliquez ici pour plus d’infos.

Politique des cookies sur www.toyota.be

Nous utilisons des cookies sur notre site pour vous proposer une navigation optimale. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Gestion des cookies